BIOGRAPHIE

De 9 à 18 ans, Céline a vécu au Pérou, dont elle est originaire

De retour en France elle a exercé la profession d’hôtesse de l’air. Lors de ses escales, elle a visité avec passion les pays qu’elle a traversé, s’est confrontée à la misère et a décidé de s’investir dans l’action humanitaire, notamment au Pérou. Elle a d’abord travaillé à la Posadita del buen pastor à Lima, avec des enfants atteints du Sida, souvent orphelins, et toujours rejetés. Elle s’est également occupée d’enfants des rues exploités dans des usines à briques.

En 2003, elle a entamé son premier travail photographique Cœur de Femmes. Durant 2 années, elle a accompagné des femmes de la rue, de passage à la Halte, à Paris.
Pour ce travail, elle a obtenu, d’une part, la bourse du Talent reportage Kodak, une bourse Défi jeune du Ministère de la Jeunesse et des Sports, et a fait partie des lauréats de la bourse Marcel Bleustein-Blanchet. Elle a publié, d’autre part, le livre Cœur de Femmes, en mars 2004, aux Editions de La Martinière.

Cœur de Femmes

Cœur de Femmes

Être photographe répond à une volonté de témoigner, de transmettre une réalité poussée au-delà du premier regard.

> Voir le livre Cœur de Femmes

> Bientôt tous les détails de l'exposition Cœur de Femmes


En décembre 2004, elle a entrepris un reportage sur les coupeurs de canne à sucre haïtiens en République Dominicaine : Esclaves au Paradis.

Esclaves au paradis

Esclaves au paradis

Elle a été à l’origine d’une campagne internationale de dénonciation des conditions d’esclavage auxquelles étaient soumis les coupeurs de canne dans les plantations dominicaines. Celle-ci a, entre autres, été soutenue par Amnesty International, la FIDH, le maire de Paris, Bertrand Delanoë et le rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de racisme et de discrimination Doudou Diène. Pour ce travail, Céline Anaya Gautier a été finaliste du grand Prix CARE International du reportage humanitaire et lauréate du prix de l’enquête du Festival du Scoop d’Angers en 2007. Ce sujet a déjà fait l’objet d’une centaine de publications dans la presse nationale et internationale. Le livre Esclaves au Paradis, accompagné d’un CD de chants traditionnels des coupeurs de canne haïtiens, a été publié en avril 2007 aux Éditions Vents d’ailleurs.

En 2008, elle publie son troisième livre Le vrai goût du Cambodge (> voir le livre) qui invite le lecteur à découvrir le pays “du sourire” à travers son art culinaire et sa culture.

En 2010, elle réalise pour le cinquantième anniversaire de la Fondation Bleustein Blanchet 50 portraits de lauréats dont Allain Bougrain-Dubourg, Laurence Zigvogel, Yves Coppens…

Aujourd’hui, Céline vit et travaille à Paris, elle a écrit son premier récit «Dis maman, c’est encore loin Compostelle ?» sortie aux Éditions Le Passeur pour lequel elle est lauréate du prix du témoignage 2015 du Pèlerin Magazine.

En avril 2016, son nouveau livre-photo «Santiago au Pays de Compostelle» sortira aux Éditions de la Martinière. Elle accompagne l’itinérance de ses expositions, notamment l’itinérance de l’événement Esclaves au Paradis pour la sensibilisation au niveau international de la réalité des bateys en République Dominicaine.

Elle est membre du studio Hans Lucas et publie son travail personnel et collabore avec plusieurs magazines en France et à l’étranger. Elle publie son travail personnel et collabore avec plusieurs magazines en France et à l’étranger. Elle est aujourd’hui représentée par la VOZ’Galerie.

 

> Voir le livre Esclaves au paradis

> Voir les détails de l'exposition Esclaves au paradis